Des livres pour enchanter le quotidien

PORTRAIT – Livres enchantés a ouvert ses portes à Chaulnes, il y a presque deux ans. Cette librairie salon de thé se forge doucement une place et lance même son propre salon du livre

 

Chaque matin, à l’heure où blanchit la campagne, la librairie Livres enchantés ouvre ses portes. Dissimulé derrière une terrasse à l’allure un peu bohême, le lieu est aussi calme qu’accueillant. Fondé en décembre 2016 par Catherine Corrion, cet établissement est devenu le poumon littéraire de Chaulnes, une petite ville située entre Amiens et Saint-Quentin. 
 

Faire vivre la culture à la campagne 

« On me demande souvent pourquoi j’ai choisi Chaulnes pour ouvrir ma librairie », s’amuse Catherine Corrion. Pour elle, c’était une évidence : « Amiens n’a pas besoin de nous. Lille non plus. Ici, il n’y a rien au niveau culturel. Et nous sommes sur un territoire dont les habitants se déplacent peu. Notre projet, c’est d’amener la culture à eux. » Voilà donc plus d’un an et demi que Livres enchantés propose à Chaulnes et ses alentours une librairie couplée à un salon de thé.

« Nous sommes allés plusieurs fois en Angleterre : là-bas, la librairie salon de thé est quelque chose de très courant », explique la gérante séduite au point d’installer ce concept à Chaulnes. Dans cette petite ville de campagne, il est désormais possible de déguster un thé ou un café de qualité au beau milieu d’étagères couvertes de livres. « Le salon de thé est ouvert toute la journée et nous proposons même d’y déjeuner, mais uniquement sur réservation. Nous organisons par exemple des anniversaires et nous avons déjà accueilli sept personnes en une fois », souligne Catherine Corrion. 
 

Un réseau social physique 

Livres enchantés compte près de 3 000 livres, exposés dans soixante-quinze mètres carrés. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a du choix. L’étagère dédiée aux BD côtoie celle des livres en anglais, mais aussi celles des romans de poche, des auteurs régionaux, des polars, des livres de cuisine ou encore des cahiers de vacances… « Il y a de tout », commente la libraire. Et d’ajouter : « Nous sommes une librairie généraliste et notre objectif est d’accueillir toutes sortes de population. »

Livres enchantés prend donc soin de proposer des livres pour tous les âges, toutes les classes sociales et tous les niveaux de lecture. Une attention qui séduit : « Parmi nos clients, il y a des personnes qui ne lisaient pas avant de pousser la porte de la librairie », se réjouit-elle. Et d’ajouter : « Beaucoup de gens viennent chercher chez nous des livres qui leur font du bien. Même si j’ai moins le temps de lire qu’avant la création de la librairie, je ne conseille jamais un livre quejen’aipaslu ! » 

Cet établissement, Catherine Corrion l’a également pensé comme un lieu de rencontres. « Nous faisons en sorte que les gens se parlent, qu’il s’agisse d’enfants, de personnes âgées, d’étudiants, de demandeurs d’emploi, etc. », explique-t-elle avant d’ajouter, dans un sourire : « Livres enchantés, c’est un réseau social physique. Et il y a parfois des rencontres improbables ici ! » Pour créer du lien, il y a le salon de thé bien sûr, mais pas uniquement.

La librairie comporte également un petit espace cosy, composé de canapés et d’une table basse, où il est possible de tester des jeux de société avant de les acheter. Parfois, cet espace se voit déplacé, au profit d’une scène. « Nous accueillons régulièrement des groupes de musique, qui donnent des concerts en soirée », indique la libraire. Autant d’animations qui ont vocation à transformer ce petit commerce de centre-ville en « lieu enchanté », où les uns et les autres se laissent aller. « Le week-end dernier, un monsieur est venu déguster une glace en terrasse. Il m’a dit qu’il ne manquait que la mer pour que tout soit parfait : il s’est laissé enchanter », se réjouit la libraire. 
 

Un démarrage compliqué 

« Cette librairie, c’est plein de bons moments. Chaque jour qui passe fournit une anecdote à raconter », s’enthousiasme Catherine Corrion. Cela lui permet de trouver l’énergie nécessaire pour poursuivre une aventure qui n’est pas toujours des plus simples. Livres enchantés a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 71 000 euros, dont deux tiers grâce à l’activité librairie. « C’était la tranche basse de notre prévisionnel », soupire la libraire.

Concernant l’exercice en cours, il lui est difficile d’établir une tendance, tant les fluctuations sont importantes d’un mois à l’autre. « Nous ne sommes pas en déficit, mais juste à l’équilibre », précise la libraire, avant d’ajouter : « Au bout d’un an et demi, je ne parviens pas encore à me dégager un salaire. J’espère que ce sera le cas quand la librairie fêtera ses trois ans… » Face à ce démarrage un peu lent, la librairie met en cause les charges qui pèsent sur les petits commerces, mais aussi le manque d’aides.

« Nous n’avons reçu aucune aide pour lancer Livres enchantés. Nous avons réalisé un emprunt bancaire et effectué tous les travaux nous-mêmes dans ce local : carrelage, électricité, isolation… », détaille la gérante qui regrette ce manque d’accompagnement financier. « Heureusement, nous avons été suivis par la Chambre des métiers et de l’artisanat qui nous a apporté de précieux conseils. » 
 

Un salon du livre en 2019 

Même si lancer une librairie en milieu rural n’est pas un long fleuve tranquille, Catherine Corrion n’envisage pas une seconde de baisser les bras. Pour dynamiser l’activité, elle multiplie les partenariats, comme avec le collège et la médiathèque de Chaulnes, ainsi que les animations.

Outre les auteurs accueillis pour des séances de dédicaces, la libraire va organiser en 2019 un salon du livre, pour la deuxième année consécutive. « La première édition a eu lieu le 1er mai 2018, lors d’une animation printanière qui existe ici depuis 20 ans. Nous avons accueilli 13 auteurs locaux ou régionaux, en collaborant notamment avec Ravet-Anceau. Nous avons reçu près de 1 000 visiteurs pour cette première édition », se félicite la libraire.

L’opération sera donc reconduite le 1er mai 2019, avec cette fois l’organisation d’un prix littéraire récompensant un roman dont l’auteur est de la région. « L’objectif est de défendre le local. Trop de gens ont tendance à dénigrer leur territoire. Nous voulons montrer que l’on peut trouver des richesses près de chez soi », conclut-elle. 

2 bis Avenue Aristide Briand,
80320 Chaulnes
Contact : 03 22 85 81 97 

Élodie Soury-Lavergne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *