Pourquoi continuer à enrichir l’homme le plus riche du monde ?

Huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En tête du classement, Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, l’homme le plus riche de la planète avec une fortune estimée à 90 milliards de dollars. Selon l’ONG britannique Oxfam, qui prévoit qu’à ce rythme, le premier “super-milliardaire” du monde “pourrait voir son patrimoine dépasser le millier de milliards de dollars dans 25 ans à peine”.

Jeff Bezos painted portrait _DDC0026
thierry ehrman, CC BY 2.0

 

Cette situation préoccupante, vertigineuse et indécente repose pour Amazon sur un système économique mondial défaillant qui permet l’optimisation fiscale, une politique salariale particulièrement cynique qui exploite de manière précaire environ 300 000 intérimaires, un aveuglement de bon nombre de collectivités territoriales prêtes à subventionner l’implantation d’entrepôts sur leurs territoires alors qu’ils détruisent plus d’emploi qu’ils n’en créent.

Mais tout cela ne serait rien sans la croissance exponentielle du nombre de clients. Pour Amazon ce sont environ 500 millions de clients dans le monde (un terrien sur 15), qui contribuent au succès, à l’expansion de cette entreprise et à la richesse démesurée de son fondateur.

Et pourtant, les citoyens, partout dans le monde sont en colère contre cette dérégulation économique qui crée des inégalités insupportables. Pour tenter de la combattre, ils demandent à leurs états de légiférer notamment en augmentant les taux d’imposition et en luttant efficacement contre l’optimisation fiscale. Pour autant sont-ils prêts, individuellement à remettre en cause leurs pratiques d’achat ? (ils sont 43% à déclarer vouloir faire leurs cadeaux de Noël en ligne).

Le service rendu par Amazon est-il à ce point exemplaire, unique et incontournable ?

Rappelons qu’en France, la loi sur le prix unique du livre du 10 juin 1981 met tous les vendeurs sur un pied d’égalité en terme de prix de vente. Rappelons que la  France dispose d’un réseau de plus de 3 000 librairies soumises à la fiscalité française et où travaillent 15 000 libraires en contrat à durée indéterminée, passionnés, compétents. Rappelons enfin que les français disposent de nombreuses solutions en lignes de librairies en réseau (lalibrairie.com, librest.com…).
 

Tout en demandant fort légitimement de la régulation, le citoyen pourrait, sans faire de concession, arrêter d’enrichir le patron voyou et ainsi préserver l’écosystème du livre, contribuer à l’entretien du lien social sur son territoire. Une modeste contribution mais néanmoins concrète à inverser la tendance d’un monde qui dérape, un petit rééquilibrage tangible de la répartition de la richesse sur un plus grand nombre d’acteurs.

Citoyens, vous avez le pouvoir de ne plus enrichir l’homme le plus riche du monde !
 

Renny Aupetit
Libraire, consultant